30 Laure Waridel, Québec (1973-)

Amélie Gourde

laure_waridel_cfannylasselin_448x216

Considérée comme une des 25 jeunes Canadiennes et Canadiens qui veulent et qui vont changer le monde, l’éco-sociologue Laure Waridel propose des options d’économie sociale et d’achat responsable à la population québécoise et désire l’inciter à suivre le mouvement vers un monde plus équitable.

Rien n’est permanent, pour le meilleur et pour le pire. Nous sommes tous des acteurs de changement beaucoup plus importants qu’on serait portés à le croire. On a tous beaucoup plus de pouvoir qu’on nous le laisse croire en général dans la société.

Parcours

Laure Waridel est née en Suisse en 1973. Sa famille immigra au Québec en 1975 pour exploiter une ferme laitière à Mont St-Grégoire, en Montérégie. Dès son plus jeune âge, Laure découvrit les nombreux défis auxquels le monde de l’agriculture fait face, occupant même un premier emploi dans une ferme biologique à l’adolescence. Elle devint rapidement consciente de la précarité et de la vulnérabilité qui entourent le monde agricole.

Jeune adulte, elle entreprit des études universitaires à l’Université McGill en sociologie et en étude du développement international. Par la suite, elle réalisa une maîtrise en environnement à l’Université Victoria, en Colombie-Britannique. En 1993, à la suite du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, elle co-fonda, en compagnie d’autres jeunes, Équiterre, un organisme à but non lucratif qui se donna comme mission de contribuer à bâtir un mouvement de société en incitant la population à faire des choix écologiques, équitables et solidaires. Aujourd’hui, bien que Laure ne travaille plus de façon active chez Équiterre depuis 2006, elle en est membre honoraire depuis 2013 pour son implication au sein de l’organisation qui ne cesse de grandir.

Femme de mots

En 1997, à l’âge de 24 ans, Laure Waridel publia son premier essai portant sur le commerce équitable, Une cause café. Son ouvrage fut présenté comme la bible du commerce équitable et de la consommation responsable au Québec. S’ensuivirent  L’envers de l’assiette et Acheter, c’est voter. En 2005, ce livre lui valut une place parmi les « 25 jeunes Canadiens qui changent déjà notre monde » du magazine Maclean’s.

Communicatrice hors pair, elle se fit connaître en écrivant dans plusieurs magazines dont l’hebdomadaire Voir, le Magazine UdeS et le Sélection du Reader’s Digest ainsi qu’en faisant des chroniques à la radio de Radio-Canada à l’émission Indicatif présent, puis par sa présence sur certains plateaux de télévision, dont celui de Tout le monde en parle. Elle enseigna pendant quelques temps à la Faculté de gestion de l’Université McGill et devint porte-parole de nombreux événements à caractère environnemental et social, comme la coalition Eau Secours! avec Hubert Reeves.

Femme de parole

Conférencière aguerrie, ses exposés sur le commerce équitable, l’agriculture durable, l’alimentation et la mondialisation sont appréciés tant au Québec et au Canada qu’à l’étranger. Elle est présentement doctorante en anthropologie et sociologie du développement à l’Institut de hautes études internationales et du développement de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), ce qui l’a menée à Genève durant un an. Boursière de la Fondation Trudeau, son projet de recherche s’intitule « Du développement durable à la construction d’une économie écologique et socialement équitable, le début d’une transition ». Le développement du transport en commun partout au Québec, l’agriculture urbaine et périurbaine ainsi que l’écohabitation sont tous des sujets qui l’intéressent particulièrement.

Militante engagée, elle n’hésite pas à soutenir ouvertement Québec Solidaire et sa porte-parole Françoise David, qui est d’ailleurs sa voisine de palier lorsqu’elle réside à Montréal avec sa famille. Laure est cosignataire du Manifeste pour un Québec solidaire en compagnie de Mme David et plusieurs autres.

Femme et mère de famille

Mère de deux enfants, Colin et Alphée, Laure jongle également avec une vie personnelle bien remplie, sa fillette étant atteinte d’une maladie génétique rare. Son conjoint, le cinéaste Hugo Latulippe, a d’ailleurs réalisé un documentaire sur le développement de leur fille, le très beau et criant de vérité Alphée des étoiles. Le documentaire, tourné lors du séjour d’un an de la famille en Suisse dans le cadre des études doctorales de Laure, présente leur vie de famille alors qu’elle choisit de s’installer dans sa ville natale afin de préparer le mieux possible la petite Alphée à l’intégration d’une classe normale. Un pari plutôt risqué, mais qui semble avoir fait ses preuves puisqu’à son retour, la famille quitte la métropole pour s’installer en Estrie, où la fillette intègre une classe normale.

Femme de distinction

Laure croit fermement à l’égalité des chances et à l’économie sociale. C’est pour cette raison qu’elle est la porte-parole du Placement à rendement social, un produit d’épargne propre à la Caisse d’économie solidaire. Le Placement permet d’orienter les épargnes des membres pour développer une économie québécoise dans laquelle les coopératives et les associations jouent un rôle déterminant. D’ailleurs, la bourse de recherche Laure Waridel a été créée en son honneur par Équiterre en collaboration avec la Caisse d’économie solidaire afin d’encourager des étudiants à suivre sa voie.

Les reconnaissances fusent de toutes parts et de tous les milieux pour Laure. Considérée comme une des leaders de sa génération par le quotidien La Presse, elle est nommée au Cercle des Phénix de l’environnement du Québec ainsi que membre honorifique du Golden Key Honour Society à l’Université McGill, en plus d’être décorée Chevalier de l’Ordre de la Pléiade par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. En 2011, l’Université du Québec à Rimouski lui remettait un doctorat honorifique alors que Earth Day Canada lui a décerné le « Outstanding Commitment to the Environment Award ». En 2013, elle a été nommée fellow au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et a reçu l’Ordre du mérite de cette même université.

Femme engagée

Laure reste cependant très critique face à ces décorations; en septembre 2014, alors qu’elle recevait l’Ordre du Canada pour sa contribution au mouvement écologique et social, elle n’hésita pas à écorcher le gouvernement fédéral en écrivant dans La Presse :

La recherche et l’analyse scientifique doivent orienter les politiques publiques, et non pas les lobbys pétroliers et financiers, comme c’est le cas actuellement. Il est urgent de s’attaquer aux causes des problèmes sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Ce qui nous mène obligatoirement à questionner le modèle économique dominant qui externalise les coûts environnementaux et sociaux tout en privatisant les bénéfices économiques.

Elle en profita également pour souligner l’engagement de ses collègues et amis ainsi que celui de tous les citoyens dans l’ombre qui œuvrent à rendre le monde plus équitable et plus écologique. Comme elle le dit, tous sont des acteurs des changements et c’est ensemble que les changements s’opèrent.

Références

Caisse d’économie solidaire (2014), « Placement à rendement social ».
http://www.caissesolidaire.coop/epargne/placement-rendement-social.html.

Écohabitation (2014), « Laure Waridel, une écologiste (presque) sans failles! », Colloque 2014 écohabitation.
http://www.ecohabitation.com/actualite/nouvelles/laure-waridel-ecologiste-presque-failles.

Équiterre (2013), « 20 ans… déjà ». http://www.equiterre.org/20-ans-deja.

Femmes de parole (2010), « Laure Waridel ».
http://www.femmesdeparole.com/femmes/Laure_Waridel.

Fondation Trudeau (2014), « Laure Waridel ».
http://www.trudeaufoundation.ca/fr/communaute/laure-waridel.

Le Devoir (2005), « Pour un Québec solidaire ».
http://www.ledevoir.com/non-classe/93922/pour-un-quebec-solidaire.

Les Phénix de l’environnement (2014), « Laure Waridel », Cercle des Phénix.
http://www.phenixdelenvironnement.qc.ca/fr/cercle-des-phenix/membres/laure waridel.php.

Office National du Film (2012), « Alphée des étoiles ».
https://www.onf.ca/film/alphee_des_etoiles/.

Provencher, Normand (2012), « Alphée des étoiles : une année en Alphélie », Le Soleil.
http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/cinema/201210/12/01-4582826-alphee-des-etoiles-une-annee-en-alphelie.php.

RueMasson.com (2012), « Alphée de Rosemont ».
http://ruemasson.com/2012/11/15/alphee-de-rosemont/.

Waridel, Laure (2014), « Pour une patrie meilleure », site d’Équiterre.
http://www.equiterre.org/actualite/pour-une-patrie-meilleure.

Wikipedia (2014), « Laure Waridel », http://en.wikipedia.org/wiki/Laure_Waridel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *