3 Emmeline Pankhurst, Grande-Bretagne (1858–1928)

Valérie Chamula Pellerin

Emmeline_Pankhurst_I

Reconnue comme une des figures de proue du mouvement des suffragettes, Emmeline Pankhurst fut à l’origine de tactiques controversées visant à obtenir le droit de vote pour les femmes. Elle a souffert en prison pour ses idéaux sans toutefois cesser de se battre pour eux.

Son enfance au sein d’une famille activiste

Ayant grandi au sein d’une famille très politisée, Emmeline Pankhurst (née Goulden) fut destinée par ses parents à se conformer aux rôles attitrés aux femmes de cette époque. Ils désirèrent la marier jeune et ne virent pas la nécessité de s’inquiéter de son éducation. La jeune fille devint tout de même une lectrice assidue et fut dès l’âge de 14 ans introduite à l’enjeu de l’accès au vote des femmes. On l’envoya à l’École Normale de Neuilly où elle apprit le français et continua son apprentissage politique. La lecture de La Révolution française de Thomas Carlyle la marqua profondément (Rollyson, 2003 : 327). De retour en Angleterre, elle rencontra et épousa Richard Pankhurst, un avocat de 24 ans son aîné.

La vie avec Richard Pankhurst

Le couple eut cinq enfants. Richard et Emmeline décidèrent rapidement d’engager une aide à la maison afin que la mère de famille puisse s’impliquer dans la vie politique. Elle appuya d’abord la campagne parlementaire infructueuse de son mari, dont les idéaux étaient plutôt radicaux. L’avocat s’intéressait particulièrement au droit de vote des femmes, à la liberté d’expression et à la réforme de l’éducation. Emmeline commença ensuite à s’investir dans l’accession des femmes au droit de vote. Elle devint membre de la section féminine du Parti libéral, puis joignit par la suite le Parti travailliste indépendant.

En 1898, Richard mourut, laissant sa femme et ses enfants dans une situation financière précaire et obligeant Emmeline à trouver un emploi. Dans les années suivant le décès de son mari, elle s’impliqua néanmoins encore plus activement dans le combat pour l’obtention du droit de vote des femmes.

La fondation du Women’s Social and Political Union

En 1903, la veuve fonda la Women’s Social and Political Union (WSPU). Cette association acceptait alors uniquement les membres de sexe féminin et se concentrait sur des actions concrètes visant l’accès au vote pour les femmes. Au début, les actions de la WSPU étaient pacifiques. Mais le 12 mai 1905, après qu’un projet de loi sur le droit de vote des femmes fut rejeté, Emmeline et ses co-militantes, dont ses filles, manifestèrent devant le Parlement. Elles prirent alors conscience du pouvoir que les manifestations pouvaient leur apporter. Les journaux leur donnèrent le nom de suffragettes par dérision. Ces journaux, de même que l’opinion publique générale, ne leur furent pas très favorables lorsqu’elles commencèrent à détruire des biens publics comme gestes de revendication. Ceci dit, leurs activités militantes furent toujours exemptes d’atteinte physique ou de violence envers personne. La seule violence physique fut celle dont les suffragettes furent victimes lors de leurs différentes périodes d’emprisonnement, ce qui arriva à trois reprises à Emmeline Pankhurst (Rollyson, 2003 : 329).

La période précédent la Première Guerre mondiale

Durant les années entre son premier emprisonnement en 1908 et le début du conflit mondial en 1914, Emmeline fut de plus en plus déçue du Parti travailliste indépendant. Elle observa que, peu importaient leurs allégeances politiques, les hommes étaient tous inquiets de perdre leur emploi en faveur des femmes si celles-ci obtenaient des droits égaux. De plus, elle comprit que les partis politiques se servaient de l’enjeu du vote des femmes pour mousser leur popularité au lieu de le mettre au centre de leurs préoccupations. Dans l’optique de demeurer une association composée uniquement de femmes, Emmeline expulsa monsieur et madame Pethick-Lawrence du WSPU, alors que le couple l’avait soutenu financièrement et idéologiquement pendant longtemps. Cet acte valut à la leader une réputation d’autocrate (Rollyson, 2003 : 230). Dans les deux années qui suivirent, la popularité du WSPU et le nombre de ses membres déclinèrent.

Durant le conflit

Si son militantisme pour l’accession au droit de vote s’arrêta avec le commencement de la Première Guerre mondiale, Emmeline Pankhurst ne cessa pas pour autant de se battre pour l’égalité des sexes. Elle voulut que ses consœurs puissent aider leur pays en travaillant dans les usines de munitions. Dans ce but, le premier ministre David Lloyd George l’approcha pour qu’elle organise une démonstration en faveur de l’emploi des femmes dans les usines et dans d’autres domaines de travail reliés à l’effort de guerre. Le prix de cette alliance avec une ancienne ennemie était entendu tacitement : les conservateurs appuieraient l’accession des femmes au droit de vote à la fin de la guerre. Lorsque l’armistice arriva, Emmeline commençait à être considérée comme une alliée du gouvernement et non plus comme une leader pour son genre. En 1918, les femmes de plus de 30 ans obtinrent effectivement le droit de vote.

La période succédant à la guerre

De nombreux voyages en Amérique du Nord la charmèrent et de 1922 à 1925, elle alla habiter Toronto avec ses quatre enfants adoptés. De retour en Angleterre, afin de tenter d’en faire plus pour les femmes, Emmeline se détacha des activités militantes qui l’avaient occupée avant la guerre afin de se concentrer sur son alliance avec les conservateurs. Elle était consciente que le pouvoir passait inévitablement par l’attachement à un parti. Le socialisme l’avait déçue, les autres partis ne l’inspiraient pas. À la suite de son choix, la conservatrice Nancy Astor, la première femme à siéger au Parlement, proposa à Emmeline de lui céder sa place, en remerciement de tout ce qu’elle avait accompli pour les femmes, chose qu’elle refusa. Elle mourut en 1928, un mois avant que le droit de vote soit accordé aux femmes de plus de 21 ans.

Relations avec ses filles

Bien que son mari Richard Pankhurst fut le membre de sa famille l’ayant appuyé au tout début de ses activités pour le vote des femmes, les deux filles aînées d’Emmeline Pankhurst sont encore aujourd’hui les plus célèbres. Elles furent aux côtés de leur mère lors de la création du WSPU. Mais si Christabel Pankhurst demeura assez proche des idéaux de sa mère, Sylvia Pankhurst s’en détacha rapidement et devint une socialiste radicale. C’est pour cette raison et parce qu’elle avait eu un enfant hors mariage qu’Emmeline déshérita Sylvia. La relation entre cette dernière et sa mère demeura jusqu’à la fin très tendue et ponctuée de conflits.

Héritage

Le rôle d’Emmeline Pankhurst dans l’obtention du droit de vote des femmes ne fait aucun doute et fut reconnu sans réticence par l’ancien Premier ministre Baldwin lors de l’inauguration de la statue d’Emmeline dans les Victoria Tower Gardens en 1930. Toutefois, son soutien à l’Empire britannique et son anticommunisme ont fait de cette femme une référence politique paradoxale pour le mouvement féministe dans le monde.

Références

Purvis, June (2003) « Emmeline pankhurst: a biographical interpretation ». Women’s History Review. Vol.12, n ° 1, p. 73-102.

Purvis, June (2011) « Emmeline Pankhurst (1858–1928), Suffragette Leader and Single Parent in Edwardian Britain ». Women’s History Review, Vol. 20, n° 1, p. 87-108.

Rollyson, Carl (2003) « A conservative revolutionary : Emmeline Pankhurst (1857-1928) ». VQR. Vol. 79, n° 2, p. 325-334.

*

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *